Point SEO en 2015

14/09/2015

Le blog sort de sa torpeur pour faire un petit point sur les techniques de référencement en 2015.
Notez bien que j’indique l’année pour information, car elles n’ont pas radicalement changé ces dernières années. Nous avons subit des variations pour que Google limite le spam ou économise de l’énergie en crawlant moins de pages dupliquées, mais la base est inchangée.

Les réseaux sociaux

Il existe peu de réseaux sociaux qui ont vraiment du poids et qui peuvent influencer le SEO (avec des liens suivis), c’est un fait.

Ce n’est pas parce que une page qui est bien positionnée a été partagé 2000 fois et qu’une page moins bien positionnée n’a été partagée que par le webmaster, sa cousine et 3 bots que la raison de ce si mauvais positionnement repose sur Facebook, Twitter & co.

Ce qui m’amène a un autre article du moment concernant les profils SEO les plus recherchés par les e-commerçants (encore sur le JDN).

La rédaction n’est pas du SEO

Oui, la mission la plus recherchée par les e-commerçants dans le cadre du SEO est la rédaction !
Tout comme le SMO, le contenu et sa rédaction ont toutes leurs places sur le Web et sont utiles pour votre site dans 90% des cas, mais lier SEO et rédaction est une parfaite bêtise.

Attention, voici une technique de growth-hacker ninja

Cela me fait penser à certains sites où le contenu des pages se trouve en bas à l’affichage sous une ligne de commentaire dans le code :

<!– Contenu SEO –>

Oui le SEO repose sur des contenus liés entre eux par des liens, mais avec un minimum d’intelligence.

Les liens

Les bases des algorithmes des moteurs de recherche reposent sur les liens, qui sont d’ailleurs l’essence du Web. Et pour notre Google c’est la même chose !
Lorsque je vois des recommandations farfelues et que personne ne réagit, je me dis qu’en 2015, rien n’a vraiment changé…

Exemple sur le forum d’aide pour les webmasters de Google :

Forums des produits Google

nb : le souci expliqué sur le forum est la disparition de l’affichage des rich snippets.

Quand un site perd ses étoiles ou tout autre affichage structuré ou non, il s’agit soit d’un problème technique, soit de sa crédibilité face à Google.

Il se peut que vous soyez moins bons ou que vos concurrents soient meilleurs. Mais se baser sur un outil externe (ici Majestic), c’est utile, mais cela a certaines limites. En effet, cela ne représente pas ce que voit Google, ni ce qu’il prend en compte…
Ce type d’outil est plus manipulable que Google comme vous le savez en tant que SEO et c’est le cas si vous lisez ces lignes.

Pourquoi supprimer des liens quand un site a potentiellement des lacunes de ce côté ?
Je n’aborderais même pas la suggestion du désaveu sans même avoir un message de la part de Google.

Quand une moyenne baisse, soit on tend à améliorer les liens entrants pour maximiser sa puissance, soit on supprime les liens faibles (mais non toxiques, ni même neutres) pour au final se retrouver avec une moyenne plus importante, mais un site plus faible.

Les secrets du SEO

Il faut de bons contenus, une structure compréhensible et des liens vers votre site qui sera accessible pour tous (internaute lambda, personne malvoyante, robots, mobinaute…).
Je ne sais pas pourquoi, cela m’a fait pensé au barcamp black hat de 2011 où j’avais fait quelques dessins pour Kevin aka 512Banque, mais au final rien n’a changé, vous trouverez d’ailleurs ici les bases du SEO rédigée il y a plus de 3 ans.

Article rédigé par

a écrit 146 articles sur le Blog SEOlitiquement incorrect.

26 réactions sur “Point SEO en 2015”

  1. Lionel says:

    Pas d’accord avec toi sur la compétence rédactionnelle. 🙂

    Une exclusion distinction radicale ente SEO & rédactionnel, pour moi cela revient à dire que le SEO n’a pas d’influence sur la nature des contenus, sur leur organisation, sur le choix des formats, le choix des mots-clés… Ce n’est évidemment pas le cas.
    Certes, la rédaction elle-même (au sens production du contenu) n’est pas de l’ordre du SEO.
    Mais, d’une part il me parait tout-à fait légitime que des compétences rédactionnelles soient recherchées pour l’orientation de la stratégie de contenus et une éventuelle relecture des contenus.
    D’autre part, on ne peut empêcher une organisation de chercher à compléter ses ressources avec des profils généralistes, proposant plusieurs compétences. Le SEO est connecté à l’ensemble des métiers du web. Il y a nécessairement des profils hybrides, et des besoins de compétences hybrides.

    1. Aurélien says:

      Je t’attendais Lionel. 😉
      Une “offre d’emploi SEO” n’a pas vocation a porter sur une mission majoritairement liée à la rédaction, c’est une erreur grave. Le SEO se doit d’être polyvalent, même s’il peut être porté plus vers le marketing, la rédaction, la technique, le linkbuilding… mais sa tâche première ne sera pas la rédaction sinon il ne fera que de la rédaction en interne.
      Un SEO aura une influence sur l’architecture du site, les technos utilisés, le contenu affiché, mais ne le fera pas, car dans l’absolu si les corps de métiers travaillaient correctement, le SEO n’existerait pas (dixit Google et pour une fois il n’a pas tout à fait tort).

  2. Mathieu JANIN says:

    “Pourquoi supprimer des liens quand un site a potentiellement des lacunes de ce côté ?
    (…)
    Quand une moyenne baisse, soit on tend à améliorer les liens entrants pour maximiser sa puissance, soit on supprime les liens faibles (mais non toxiques, ni même neutres) pour au final se retrouver avec une moyenne plus importante, mais un site plus faible.”
    Tu ne l’as peut être pas vu, mais je comptais bien sur Olivier et d’éventuels lecteurs pas trop premier degré pour tirer de ma suggestion ce qu’il y a à en tirer: chercher un rééquilibrage pour le site est une bonne piste. Comme tu dis, il y a 2 manières de rééquilibrer, mais je me voyais mal proposer sur le forum google une solution basée sur de l’acquisition de liens.
    Concernant les indicateurs Majestic, avec tous leurs défauts, si tu trouve un autre indicateur aussi utilisable pour juger ne serais ce que grossièrement de la qualité d’un profil de lien, tu me dis. 😉

    1. Aurélien says:

      @Mathieu JANIN : Pourquoi ne pas jouer cartes sur table dans ce cas là ? Le but des échanges est de rester clair et compréhensible pour tous… surtout sur des espaces pour débutants comme le forum de Google.
      Concernant les indicateurs, je m’en sers rapidement comme tout le monde, mais la règle des 50 me fait penser à la densité de mot-clef d’il y a fort longtemps. 😉

  3. Raph says:

    Merci le Gnome, tu as parfaitement résumé la situation et ma pensée du moment.
    j’ai l’impression qu’on cherche de plus en plus une causalité externe comme si c’était par manque d’expérience au niveau des fondamentaux.
    Dès qu’une nouvelle brèche apparait beaucoup se lancent corps et âme dedans.
    Mais pour moi les fondamentaux sont toujours les mêmes
    bref, un bon article qui remet bien les choses à plat.
    ++

  4. Antoine says:

    Concernant les réseaux sociaux, je suis d’accord pour dire qu’il ne servent pas à ranker. En revanche ce sont des béquilles superbes pour du SEO un peu agressif . J’ai constaté que de gros blasts couplés à des bonnes campagnes virales sur FB et twitter étaient très bien digérés dans le temps par Google.
    Concernant la rédaction, je suis entièrement d’accord, je dirais même que les référenceurs sont finalement les pires rédacteurs paradoxalement. Pour moi, ce sont les communicants ou toutes autres personnes sachant mettre de la passion dans un texte qui écriront les meilleurs contenus. Charge aux SEO de planifier et de gérer tout ça.

    1. Aurélien says:

      @Antoine : Je parle du SEO car c’est ce qui me plait le plus, mais rien n’empêche de jouer sur les autres canaux.
      Je m’amuse bien avec Facebook en ce moment et possède certains sites qui sont rentables grâce à ça, mais encore une fois, c’est une façon complémentaire d’amener du monde sur un site, pas un lever pour accroitre son SEO.

  5. Yann says:

    Très juste Aurélien. Il faut aussi reconnaître que le marché du SEO s’auto-alimente : tout comme tu évoques la limite des outils utilisés par “tout bon SEO qui se respecte”, qu’il soit in-house ou freelance, il est difficile pour la plupart de ne pas céder aux métriques qui sont affichées par ces outils (démontré sur mon blog avec des articles comme “course à la conso seo” ou “fake nseo”). Chacun essaie de proposer “sa” vision du référencement naturel, à travers un positionnement technique ou au contraire conceptuel. Et bien entendu, in fine, c’est la vue d’ensemble qui prime, pas le bout de la lorgnette. Ce sont les fameux corps de métiers auxquels tu fais référence, dont le plus à la mode en cette année 2015 est la rédaction “seo” qui entre systématiquement dans le descriptif de poste du référenceur. Une aberration que tu fais bien de rappeler dans cet article !

  6. Raph says:

    @Aurélien et @Lionel pour rebondir sur vos échanges je constate ces derniers temps une autre dérive liée au contenu.
    Beaucoup on entendu que le contenu c’est bon pour le seo, qu’il faut faire du contenu pour faire du trafic sur les moteurs…
    Je vois des boites investir massivement dans la production (achat ou autre) de contenu mais avec zéro stratégie (structurelle, organisationnelle…). Et bien entendu aucune prise en compte du SEO en amont.
    Bilan des milliers d’euros jeté par les fenêtres car on a fait du contenu pour avoir du contenu. On ne s’est pas posé la question de savoir si le sujet allait intéresser le lecteur, si le sujet était ne serait-ce qu’un peu recherché sur les moteurs (signe d’un intérêt du public), vérifier qu’on avait pas déjà traité le sujet…
    Bref on nous bourre le mou à coup de content marketing mais avec zéro réflexion derrière, autant pisser dans un violon.

  7. Sandrine says:

    et le repassage ? ca donne quoi ? Ca fait des points de TF en plus ou pas .
    Non parce que faudrait pas passer à côté de l’essentiel !

    1. Aurélien says:

      C’est trop deuxderground pour le commun des mortels Sandrine. 😉

  8. Jérôme says:

    Autant le contenu est nécessaire/obligatoire dans une stratégie SEO pérenne que le contraire est egalement vrai. Tout dépend de la finalité, quitte à vendre du muguet ou des sapins de Noël autant le faire en mai et en décembre. Clairement d’accord pour dire que le SEO est certainement la dernière personne à qui confier du contenu et de la rédaction .

  9. Rémi says:

    En dépit de ce que Google s’évertue à répéter, je ne pourrais pas être aussi catégorique sur la supposée inefficacité des signaux sociaux. Les différents tests que j’ai pu effectuer ces 3 derniers mois semblent démontrer le contraire… mais peut-être était-ce le fait d’un facteur exogène après tout.

    1. Aurélien says:

      La corrélation n’implique pas la causalité comme cela a été démontré des milliers de fois et le SEO n’échappe pas à la règle. 😉

  10. Dimitri says:

    La rédaction n’est pas du SEO mais avoir quelqu’un qui sait rédiger des fiches produits ou des articles de “Guest blogging” par exemple ça peut être intéressant.
    Perso la partie rédaction c’est pas trop mon truc, donc je peux comprendre pourquoi ce profil est peut être le plus recherché.

  11. Light On SEO says:

    Quand on est spécialisé dans tout on est plus spécialiste de rien. Par contre je suis pas du tout convaincu que séparer complètement rédaction et SEO soit une bonne idée.

    C’est du gâchis que de rédiger un très bon article sur le fond, mais qui dans la forme est maladroit pour le search. Si il faut pas demander au SEO d’être bon rédacteur, alors faut au moins demander au rédacteur d’avoir des compétences SEO ou d’être au fait des principales problématiques de référencement… Si t’es à l’aise sous plusieurs casquettes c’est mieux je pense.

    Bien sûr, il y a une limite à tout, c’est utopique de demander à un SEO d’être à la fois, un super rédacteur, un super intégrateur, un super développeur, un super netlinkeur…

  12. Stéphane says:

    Aujourd’hui, je recommanderais d’avoir un site clean (au niveau des liens) et faible plutôt qu’un site sale et fort. La question est : “Faut-il supprimer des liens de faible qualité ou ajouter des liens de haute qualité ?” Evidemment les deux ! Mais un site faible et clean aura toujours la possibilité de devenir fort et résistant sur le long terme. A l’inverse, un site fort et sale peut se faire descendre en flèche des serps dès qu’une mise à jour a lieu et donc deviendra très faible.

    1. Aurélien says:

      Encore une fois on ne parle pas de “sites sales”, on parle de site ayant peu de puissante selon Majestic, ce qui est une grosse différence.

  13. khaloud says:

    Bonjour, il y a quand meme des changements depuis 3 ans non ? Meme si les bases “principales” sont peut etre identique.
    Par exemple, tout ce qui comment sur les blogs, les annuaires etc…et franchement, j’ai l’impression maintenant que pour faire faire ranker ton site, t’est obligé faire du social engineering avec des influenceur pour choper un lien de valeur…

    1. Aurélien says:

      Depuis 3 ans Google a stoppé la fête à tout va, mais les mêmes recettes fonctionnent encore, il faut simplement changer les dosages et être plus discret. C’est plus difficile, mais cela va avec la démocratisation du métier.

  14. valéry says:

    Content de lire un article qui dit simplement la vérité. Cela fait 10 ans que je fais du référencement et malgré les deux années ou Google a essayer de faire peur à tout le monde, pratiquement rien n’a changé.
    Les deux seules choses, c’est qu’on ne peux plus utiliser sa vieille description 100 fois sur les spots (à cause du duplicate) et qu’il faut varier ses ancres un minimum pour ne pas se faire avoir par la patrouille en mode cocon sémantique et synonyme c’est le top), c’est tout.
    Toutes les nouvelles approchent du NO LIEN, du Content Marketing ou Social Management c’est du pipo…
    Encore heureux que ces mecs sont employés par des grosses boîtes sinon je ne sais par comment ils feraient s’ils feraient pour ranker et faire du chiffre sans oser poser de liens …

  15. Yoann says:

    Article intéressant, tout comme les commentaires qui suivent. Je trouve personnellement que le SEO est aujourd’hui pluridisciplinaire : content marketing, technique, linkbuilding, etc. On ne peut pas négliger l’impact des réseaux sociaux notamment dans la construction d’une notoriété à l’origine des futures performances (taux de rebonds, temps passé sur site, etc…). Il me semble que tout est lié. En tout cas, merci pour tout ces commentaires et pour ce sujet.

  16. Coline says:

    Article passionnant, tout comme l’est le débat qui en découle. Je suis un novice dans le domaine du référencement, plus précisément je viens de commencer en tant que rédacteur web dans une agence de services web. Ce que je suis en train de lire ici, m’apprend beaucoup sur le domaine d’activité. J’apprécie !!!

  17. Fabrice says:

    Beaucoup de chose véridique dans ce que vous dites, google le champion des légendes urbaines, je trouve des site dans les meilleurs résultats google sur des requêtes pertinente, sans rien faire , rien qu’avec le NDD….

  18. Céline Barral says:

    Je commence tout juste a me pencher sur le référencement après avoir fait mon site et je trouve que cet article est très pertinent.

  19. Adrien says:

    Les techniques restent plus ou moins les mêmes au cours des années, ce sont uniquement l’utilisation qui diffère. Il est nécessaire d’être un peu plus précis un peu moins violent, mais les techniques restent les mêmes.

Laisser une réponse

Article précédent:

Article suivant: